(FR) Articles 2019

3 astuces simples pour trouver la paix intérieure

« J’ai l’impression que rien ne te stresse.  Tu restes toujours calme. »  Lorsque ma collègue m’a fait part de son ressenti, j’ai inévitablement commencé à sourire.  J’ai soudainement pris conscience de la vérité qui se cachait dans son partage et quelle remarquable transformation j’avais traversée.

Et juste pour éviter tous malentendus.  Oui, je suis parfois remplie de doutes.  Oui, je fonds quelquefois en larmes sans raison apparente.  Oui, j’agis parfois de façon totalement inconsciente.  Oui, je me sens de temps à autre dépassée dans les relations avec autrui.  Oui, je laisse parfois prendre mon égo le dessus MAIS j’ai appris à mieux gérer ce genre de situation.  Oui, je tombe parfois dans un véritable gouffre MAIS je n’y reste plus coincée aussi longtemps qu’avant.

Comment ?  Je te le laisse découvrir dans les 3 étapes suivantes :

1. Renseigne et inspire toi auprès de personnes qui sont là où tu souhaites arriver

Rien ne m’a fait plus avancer dans mon développement personnel que les connaissances que j’ai acquises au fil du temps.  Certes, toute la sagesse pour vivre une vie heureuse et épanouie se trouve déjà à l’intérieur de nous, mais pour en prendre conscience, il faut tout d’abord la remuer et lui permettre de remonter à la surface.

Une amie m’a dit un jour : « Tu ne restes jamais sur un échec.  Tu es toujours à la recherche de solutions. »  Je ne peux que l’affirmer.

Lorsqu’un évènement vient bousculer ma vie, je suis paralysée un instant, mais passe ensuite rapidement à l’action.  Je n’arrive tout simplement pas à ne rien faire.

Durant les derniers mois, j’ai dévoré d’innombrables bouquins, participé à divers ateliers, conférences et coachings en ligne, afin de trouver un moyen, une sorte d’antidote à ce vide, cette douleur qui m’avaient hantée pendant tant d’années.

J’ai inondé mon cerveau de nouvellement connaissances.  Les thèmes qui m’ont réellement remuée et qui ont engendré une transformation remarquable chez moi étaient sans aucun doute la guérison de l’enfant intérieur, l’importance de notre égo et comment le déjouer grâce à la méditation et la pleine conscience, le mode de fonctionnement de notre cerveau et son aptitude à défaire et créer de nouvelles connections neuronales, la force des contes sur notre inconscient, le cycle féminin et comment celui-ci influence notre vie.  Ce ne sont là que quelques exemples.

Tu trouveras ici un aperçu des bouquins qui m’ont aidés lors de mon développement personnel.

Des déclarations telles que : „Je ne sais pas comment m’y prendre. » et « Je suis seule et personne ne peut me comprendre. » ne sont tout simplement plus valables, lorsque nous voulons REELEMENT trouver une solution.  Crois-moi, peu importe la situation dans laquelle tu te trouves, il existe au moins une personne sur cette terre qui l’a déjà vécue ou qui vit exactement la même chose à cet instant précis.

Connecte-toi avec ces personnes et leur précieuses connaissances, leur sagesse.  Que ce soit en achetant leur bouquin, en écoutant des podcasts ou regardant des vidéos, en participant à des séminaires, des ateliers ou des formations.  Les possibilités sont infinies.  Il suffit de VRAIMENT le vouloir.

2. Dis adieu à toutes les conneries qui parasitent ta vie

Tu ne peux tout simplement pas te permettre d’avoir des pensées négatives.  Pourtant, celles-ci nous parasitent jour après jour.  Pourquoi ?  Parce que nous surchargeons notre esprit de toutes sortes de conneries.

Que ce soient les nouvelles à la radio, les publicités à la télé, les discours haineux sur les réseaux sociaux ou les personnes de notre entourage.  Que tu le veuille ou non, ton inconscient capte chaque info aussi infime soit elle, la traite et la sauvegarde à court ou long terme.

Plus tu laisses entrer en collision avec ton esprit des informations négatives, plus tu vas créer de l’incertitude, de la peur, des doutes et du manque dans ton subconscient.

J’ai dit adieu à la télé et mon feed sur les réseaux sociaux a subi un grand nettoyage.  J’ai viré tout ce qui pourrait baisser mon énergie, qui ne m’inspirait plus et qui risquait de créer en moi de l’angoisse sans même que j’en prenne conscience.

« Tu n’es plus au courant de rien. », « Arrête un peu de surfer sur ta vague spirituelle. », « Tu fermes les yeux devant la réalité. ».

Ce genre de commentaires, je les ai entendus plus d’une fois et tu n’en seras pas épargné.  Mais tu dois comprendre quelque chose une bonne fois pour toutes.

Il est impossible d’ajouter une seule goutte d’eau supplémentaire dans un verre qui est plein.  Et si tu ne commences pas à vider ton verre, ton esprit, de nettoyer ton cerveau, de toutes ces conneries qui peuvent le parasiter, alors tu pourras espérer autant que tu voudras, mais il n’y aura jamais place pour quelque chose de nouveau.

3. Mets-toi dans des situations inconfortables

Je ne te demande pas d’aller sauter en parachute demain, même si je peux attester que cela est une idée assez tentante.  Ce que je veux dire, c’est de commencer à entreprendre régulièrement des petits pas hors de ta zone de confort.

Rien que l’idée provoque de l’inconfort en toi ?  Génial !  Alors cet exercice est pour toi.  Et crois-moi, ce sont de toutes petites choses qui provoquent les plus grands changements à long terme.

Il n’y a pas de protocole à suivre.  Tu sais toi-même ce qui te rends le plus mal à l’aise.  Que ce soit sourire à un inconnu dans la rue, interpellé ton collègue parce que tu t’es senti heurté par ce qu’il a dit, dire non à un ami qui te demande de lui rendre service alors que tu n’as pas du tout envie.

Sort enfin de ta routine et commence à faire les choses autrement, dès à présent !

Et n’oublie surtout pas le must des situations qui rendent mal à l’aise.  Entreprend des choses seul(e) !

Va seul(e) au resto, au cinéma, promener (sans ton chien). Pars seul(e) en vacances, participe seul(e) à des conférences. Laisse volontairement naître en toi ce petit malaise.

Observe ce que cela provoque en toi et n’essaye pas d’éviter ce genre de situation.  Commence à les accueillir de plus en plus dans ta vie.

Tu crains ce que d’autres personnes pourraient penser de toi en te voyant seul(e) quelque part ?  Tu réfléchis beaucoup trop !

Premièrement, il faut que tu saisisses une chose.  Les autres pensent beaucoup moins à toi que ce que tu ne pourrais le croire.  Ils n’en ont rien à faire que quelqu’un se balade seul quelque part.  Crois-moi, ils ont assez de soucis comme ça et te consacrent maximum quelques secondes.

Et qui sait, pendant ces quelques secondes, ils t’envient et t’admirent peut être secrètement pour ton courage ! 😉

Deuxièmement, le fait d’apprécier ta propre compagnie, te permettra d’être plus relax face aux hauts et bas incessants de la vie.  Tu ne seras plus totalement déboussolé lorsque quelque chose d‘inattendu se produit ou que quelqu’un décommande soudainement et que tu te retrouves seul.

Sois à toi-même ton propre refuge.  Sois à toi-même ta propre lumière.  – Bouddha

Tu deviendras ton propre refuge.  Tu deviendras plus détendu face à toi-même et au contact avec d’autres personnes.  Tu n’iras plus à la rencontre d’autres personnes par nécessité ou parce que tu as besoin de combler un vide, mais parce que tu as choisi consciemment de passer du temps avec eux.  Quel plus beau cadeau tu pourrais leur faire ?

Alors, en résumé.  Il s’agit ici d‘un véritable processus et il y a un commencement à tout.  La seule chose que tu peux mal faire, c‘est de ne RIEN faire !

Entreprend de petits pas mais fais-les de façon régulière, en

  • T’inspirant auprès de personnes qui sont où tu souhaiter arriver

  • Te séparant de toutes ces conneries qui polluent ton esprit

  • Vivant des expériences qui se trouvent hors de ta zone de confort

Après quelque temps, tu prendras soudainement conscience des remarquables progrès tu as réalisés.  Tu ressentiras de la confiance et une paix intérieure commencera à s’enraciner en toi.

Au plus profond de toi, tu sauras que c’est exactement ce tu recherchais depuis tellement longtemps.

With heart and soul,

Christine ❤

 

 

Etre humain

Je suis une fan incontestée de tatouage depuis pas mal d’années maintenant et ce, à la grande joie de mon père. 😀  La symbolique d’un de mes tatouages est, plus que jamais, d’actualité pour moi et a, comme moi, évolué avec le temps.

Il s’agit d’une ancre, suspendue à une montgolfière flottant dans les nuages.  A l’époque, j’ai voulu souligner à la fois cet incorrigible côté rêveur et ce côté réaliste qui me caractérisaient.  Ces caractéristiques sont toujours d’actualité, mais aujourd’hui ce tatouage évoque surtout mon voyage spirituel et cette importance de ne pas perdre pied lors de « l’ascension ».

La tête dans les étoiles, les pieds sur terre.

Lorsque nous entreprenons ce voyage et décidons de dédier notre vie à notre développement personnel, nous nous rendons rapidement à l’évidence que certaines choses changent.  Nous nous détachons de personnes avec lesquelles nous avions l’habitude de passer du temps.  Les conversations et divertissements que nous tolérions à l’époque, sont maintenant devenus intolérables ou insignifiants.

Avant, nous avions besoin de ces personnes, de ces activités pour nous sentir entiers et acceptions ainsi que notre précieuse énergie se consume à petit feu.

Aujourd’hui, nous sommes plus conscients de nos décisions et de ce que celles-ci engendrent.  Nous décidons à quoi nous voulons consacrer notre temps, qui nous laissons entrer dans notre vie et avec quelles personnes les chemins se séparent.

Nous désirons côtoyer des personnes qui sont sur le même chemin que nous.  Des personnes qui s’autorisent à croire en leurs rêves.  Des personnes qui se soutiennent mutuellement et qui ne sont pas non-stop en mode drame.  Nous osons dire non, être authentiques et exprimer notre vision.

Mais si, durant notre voyage, nous commençons soudainement à perdre pied ?  Si nous devenons de plus en plus sélectifs et que nous nous retirons toujours plus ?  Et non parce que cela est essentiel à notre bien être et que cela reflète nos valeurs, mais parce que nous endossons tout doucement un nouveau rôle.

Un rôle qui essaie de nous convaincre que cette conversation, cette personne, cette activité, ne sont pas assez « spirituelles ».  Nous ne pouvons plus déconner et rigoler des choses du quotidien.  Nous commençons à prendre ce voyage, cette mission, trop au sérieux.  Nous ne pouvons plus être humain tout simplement.

Récemment, une partie de moi s’est demandée s’il était encore approprié de me faire tatouer.  „Une femme qui se soumet volontairement à une telle douleur pour arborer une petite image de plus sur son corps…  C’est vraiment tout sauf spirituel !“.

J’étais stupéfaite de ce questionnement et c’est là que j‘ai commencé à douter.  Était-ce vraiment la façon dont je voulais arpenter ma vie ?  Est-ce vraiment cette façon de penser que je souhaiter dévoiler au monde ?

Suite à la conversation avec une précieuse amie, un changement a soudainement eu lieu dans ma perception.

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. – Pierre Teilhard de Chardin

Nous nous libérons d‘un poids énorme lorsque nous nous permettons d’être humain.  Lorsque nous prenons conscience que nous ne sommes pas obligés de nous comporter d’une certaine manière ou de renoncer à certaines choses, parce que nous entreprenons dès à présent notre voyage intérieur.  Cela serait tout sauf le reflet de notre mission sur terre.

Il s’agirait là uniquement d‘un autre moyen pour notre égo de gouverner notre vie et de lui permettre de prendre le pouvoir en endossant un de ces innombrables rôles.

Cela ne signifie pas que nous devons passer du temps avec des personnes qui ne nous font pas du bien, entreprendre des activités, qui nous n’accomplissent plus ou s’opposer à notre intuition, à notre vraie nature.  Loin de là !

Je m’autorise à être humain !

Ce que je veux dire par là, c’est qu’il est essentiel de nous autoriser à dire OuiOui à être humain.  Oui à nos valeurs.  Oui à nos besoins et préférences humaines.  Oui à plus de légèreté, de plaisir et d’amusement.  Oui à toutes ces facettes que la vie nous offre.

Toutes les possibilités, tous les modes de vie sont là à notre porté.  Pourquoi ne devrions-nous pas pouvoir considérer toutes les options et les expérimenter ?  Nous connaissons dès à présent la direction vers laquelle nous souhaitons avancer, notre chemin se consolide sous nos pieds.

Prendre notre passage sur terre au sérieux ou le considérer avec légèreté et gaieté, voilà ce que la vie nous offre en tant qu’être humain.

With heart and soul,

Christine ❤

 

La peur de la peur

« Salut Geert!  Je t’écris car je ne me sens pas très bien… J’ai finalement prévu pour dimanche prochain un shooting photo pour confronter ma peur.  J’étais motivée et confiante mais dès le lendemain quand je me suis réveillée j’avais déjà une boule au ventre, j’étais angoissée.

La semaine, j’étais occupée et le weekend j’étais avec des amis donc j’y pensais moins mais aujourd’hui j’étais seule… J’ai essayé de m’occuper, aller courir, faire le ménage, faire les courses,… mais soudainement, je n’ai plus eu de force et j’ai commencé à pleurer.  Tout s’est écroulé…

J’ai fait les 6 étapes et j’ai su me calmer un peu… j’ai aussi réécouté session 1 pour que tes paroles m’accompagnent en permanence…  Je ne veux pas que cette peur me contrôle ! Je me dis que quoi qu’il m’arrive c’est ok, que je vais pas mourir tout ça…

Je sais que je vais avoir une crise de panique dimanche.  C’est clair vu que je vais me confronter à ma peur et c’est tellement dur… 😦

Je sais que je dois la confronter et que le premier pas vers la guérison sera alors fait mais j’ai peur de ne pas y arriver… j’ai tellement peur… »

J’ai parfois du mal à croire que je suis l’auteur de ce mail, envoyé en 2013 à mon coach de l’époque.  Je venais de terminer une formation en tant que maquilleuse et eus l’occasion de travailler sur un shooting photo peu de temps après.  Il y avait juste un petit problème…

J’étais totalement terrifiée à l’idée de devoir travailler à un endroit que je ne connaissais pas et étais persuadée de ne pas pouvoir répondre aux exigences une fois sur place.  Je n’y arriverai pas et tout le monde verrait que je ne suis incapable.  Je perdrai tous mes moyens et mon corps me lâchera.

Mon corps se mit immédiatement en alerte maximale vu que j’étais face à un danger.  Son unique but était vouloir me protéger face à tout ce qu’il aurait pu m’arriver que ce soit au niveau physique ou émotionnel.

Ma digestion cessa immédiatement.  Il m’était dorénavant impossible de me concentrer sur quoi que ce soit à part ce qui se passait à l’intérieur de moi.  Mon cœur battait de plus en plus vite, ma tête semblait exploser, je souffrais de vertige et éclata en sanglots.  Les larmes coulaient le long de mon visage.  Je n’arrivais plus à respirer et commença à hyperventiler, je n’entendais plus rien autour de moi et mon corps se mis à trembler.

Je n’étais plus moi-même.   Mes pensées étaient totalement embrouillées.  La peur avait pris totale emprise sur moi.  Je priais de tout mon être pour que cela cesse enfin.  Je ne voulais plus rien ressentir.

J’annulai le shooting et la panique latente fit place à une honte indescriptible.  J’avais tellement honte d’avoir échoué à nouveau.  Dans cet instant, je souhaitais qu’une seule chose, c‘est de sombrer, m’endormir afin que mes pensées cessent enfin.

Beaucoup de personnes ne peuvent pas comprendre ce genre d’histoire, simplement parce qu’elles ne l’ont jamais vécue.  Pour d’autres, elle peut sembler banale.  Pour moi, cette histoire qui m’a accompagnée pendant des années, était tout sauf banale.

L’angoisse et la panique étaient régulièrement au rendez-vous.  Lorsque je perdis pied et que ma vie fut tellement affectée, j’ai demandé à mon ancien médecin traitant de m’aider.  Vivre de cette façon m’était devenu insupportable. Il me prescrivit des antidépresseurs.

Pendant 4 ans, j’étais donc comme anesthésiée, jusqu’au jour où j’ai pris la décision d’arrêter, pour ne plus permettre à la peur de diriger ma vie.

Mon manque de confiance en moi et en la vie, ne me facilitaient pas la tâche.  Surtout dans des situations inconnues, la peur et l’angoisse m’attendaient impatiemment.  Cependant, mêmes dans des conditions « normales », je n’étais pas à l’abri et souvent anxieuse.

Il suffisait d’un mot de travers ou d’un regard bizarre, et il n’était pas rare que je quitte un évènement, parce que je ne me sentais plus à l’aise.  Je n’avais qu’une idée en tête, c’était de renter à la maison, en lieu „sûr“.  Que ce soit avec des amis, la famille ou entre collègues… donc que des personnes de mon entourage proche, qui ne représentait à priori aucun danger.

Lorsque je devais me rendre dans des lieux inconnus, où il y avait beaucoup de monde ou que j’étais appelée à faire preuve de mes compétences, cela arrivait que j’annule au dernier moment, comme cela s’était produit pour le shooting photo.

Si je devais décrire ce qu’il se passait à l’intérieur de moi dans des moments pareils, alors cercle vicieux correspondrait sans aucun doute le mieux.  J’étais hypersensible pour toute sensation dans mon corps et analysais chaque changement, aussi petit soit-il.

Une boule au ventre, un cœur qui bat la chamade, le sentiment de ne plus avoir assez d’air, une tête brulante, les mains moites, le vertige.

Chacun de ces ressentis, déclenchaient un tourbillon de pensées dans ma tête.  Ces pensées qui me communiquaient sans équivoque, qu’il serait plus judicieux de retourner en lieu sûr.

Ces pensées négatives mettaient mon corps encore plus en alerte.  Ce qui provoqua encore plus de pensées terrifiantes et encore plus de sensations angoissantes etc.  La boucle était bouclée.  Jusqu’à ce que je prenne mes affaires et que je quitte le lieu où je me trouvais.

Ce genre d’évènements ont longtemps fait partie intégrante de ma vie, ce qui m’a empêché de vivre ma vie pleinement.

Aujourd’hui et il s‘agit-là d’un véritable processus, l’angoisse s’est estompée.

Elle passe me voir de temps en temps, mais j’arrive à lui communiquer quand j’en ai assez et qu’elle peut repartir l’esprit tranquille.  Elle essaye toujours de me convaincre de laisser tomber certains projets, parce qu’elle veut me protéger.  Je la remercie de m’avoir soutenue durant toutes ces années et lui fait comprendre, que je n’ai plus besoin d’elle et que c’est dès à présent mon cœur qui décide.

Beaucoup de personnes pensent qu’elles sont seules avec de genre de vécu.  Elles sont persuadées que personne ne peut les comprendre et ce qui se passe au plus profond d’elles.  Elles souhaitent être « normales » et se ferment de plus en plus sur elles-mêmes.  Elles ont l’intime conviction qu’il n’y a pas d’issue.

Par le biais de cet article, je témoigne qu’il y a une issue.  Le chemin vers l’amour et la confiance était un des plus dur pour moi, le plus éprouvant, mais sans aucun doute l’unique chemin pour lequel cela vaut la peine de se battre.

With heart and soul,

Christine ❤

 

Le chemin du pardon

Existe-t-il une personne dans ta vie avec laquelle la communication est difficile pour l’instant ?  Cette personne t’a blessé profondément par ses actes ou ses paroles.  De la colère et de la tristesse surgissent en toi lorsque tu y penses et tu ne comprends pas comment quelqu’un peut agir de la sorte.  Tu sais pertinemment qu’à la place de cette personne, tu n’aurais jamais agi ainsi.

Tu es persuadé de toujours tenir compte du bien-être d’autrui.  Tu ne comprends pas comment quelqu’un peut être si impitoyable et méchant.  Ne devrait-il ou elle pas savoir ce que cela signifierait pour toi ?  Et que cet évènement, ces paroles, auraient une influence sur toute ta vie ?

Beaucoup d’entre nous le savent ou l’ont vécu, le fait qu’une enfance ne se déroule pas toujours sans embûches. Des parents absents, qui se disputent sans arrêt ou qui sont parfois même violents, que ce soit par leurs actes ou leurs paroles, ne sont pas une denrée rare.  Ce genre de situations, surtout dans notre tendre enfance, ont une influence sur toute notre vie et sur la personne que nous deviendrons.  Que nous le voulions ou non.

Au fil des années, des sentiments de colère, d’impuissance et de tristesse nous poursuivent.  Nous sommes persuadés que notre vie se déroulerait de façon tellement plus paisible, si nous avions vécu notre enfance différemment.  Nous en voulons à nos parents.  Finalement, nous ne sommes que victime des circonstances… n’est-ce pas ?

Ce ressentiment, nous le vivons également dans la vie de tous les jours.  Un conflit au bureau, une dispute au sein de la famille, une querelle avec notre partenaire ou une connaissance.

Nous sommes constamment en relation avec autrui.  Les blessures et conflits font partie de la vie et il serait utopique de croire, que nous pourrions être épargnés.

Cependant, il nous est possible de faire un choix.  De décider, qui nous voulons être par rapport à ce conflit qui nous hante tant.

Cela ne signifie pas uniquement de ne plus prendre les choses personnellement ou de se désengager de ses émotions.  Il s’agit plutôt d’identifier si une blessure nous appartient réellement.  Il s’agit de décider si et comment nous souhaitons nous débarrasser de ce bagage plus qu’encombrant.  Afin de permettre à la paix de s’installer en nous.

Ne pas pardonner est comme boire du poison, en espérant que l’autre meurt.

Le chemin le plus simple, mais en même temps le plus compliqué afin de se débarrasser de cette charge inutile, est celui du pardon.

„Lui pardonner ?  T’es sérieuse ?  J’ai souffert toute ma vie à cause de cela.  J’ai été profondément blessé par ce que cette personne m’a fait endurer.  Et maintenant, je devrais en plus lui faire un cadeau en lui pardonnant ?  Jamais.  Je ne peux pas.  Et je ne veux pas.“.

Notre égo s’en mêle immédiatement et réclame toute notre attention.  Que resterait-il de nous, si nous décidions de pardonner à cette personne ?  Ou plutôt que deviendraient cette voix, notre saboteur, notre égo si nous franchissions le pas du pardon ?  Puisque l’unique but de ces voix est de nous protéger…

Et puis, il y a ces blessures toutes fraiches.  Datant d’aujourd’hui, de hier, d’il y a une semaine.  Nous n’y étions pas préparés et avons été totalement bouleversés.

Notre partenaire, un bon ami, un collègue.  Jusqu’à cet instant, tout se déroulait merveilleusement bien et nous étions heureux.

Une parole, un acte et le flot si paisible commence à tournoyer.  La vie nous met au défi.  Nous nous sentons trompés, trahis, tristes, en colère, nous éprouvons de la honte.  Ces sentiments, nous les avons tous déjà éprouvés.

Il n’est pas chose aisée de garder les idées claires lors une situation conflictuelle.  Cependant, il existe certaines questions qui nous permettent de s‘évader de ce chaos émotionnel et d’apercevoir cette épreuve sous un autre angle.

« Ces sentiments m’appartiennent-ils réellement ?  Quelle partie de moi a été blessée ?  Ce que je suis au plus profond de moi, peut-il réellement être blessé ?  Si cette blessure m’appartient, comment puis-je la guérir ?  M’est-il envisageable de pardonner ?».

Plus particulièrement lorsqu’une personne est très proche de nous, il est possible que ses émotions débordent et prennent emprise sur nous.  Son champ énergétique se heurte au nôtre.  Dans cet instant précis, ce ne sommes pas nous qui sommes blessés.  Ce qui traverse notre corps, ne nous appartient pas.

Et si, cette colère que nous éprouvons, appartenait à l’autre et qu’il était entrain de la diriger désespérément contre lui-même ?  Et si, ce tiraillement désagréable dans notre ventre et notre gorge correspondait à la honte torturant l’autre.  Et si, chaque larme coulant le long de notre visage, témoignait du désespoir accompagnant l’autre pour ce qu’il nous a fait subir ?

To forgive, ist he highest, most beautiful form of love.  In return, you will receive untold peace and happiness. – Robert Muller

Beaucoup d’entre nous pensent, que pardonner signifierait laisser entrer à nouveau cette personne dans notre vie, de faire comme si de rien ne s’était jamais passé et que nous serions obligés de repasser du temps avec elle ou lui.

Pourtant, ce n’est pas du tout de quoi il s’agit.  Réinstaurer un contact n’est pas absolument nécessaire.  Il est intéressant de prendre conscience que ce processus nous implique uniquement nous.

D’autres pensent, que le fait de pardonner fait preuve d’une certaine faiblesse.  Et que cela ouvre les portes à d’autres blessures.  La plupart ne veulent pas admettre que c’est justement le contraire qui se produira.

Pardonner signifie se dépasser.  Pardonner signifie se libérer.  Pardonner signifie lâcher prise.  Pardonner signifie prendre conscience, qu’il n’y a aucune partie en nous qui peut réellement être blessée.  Et enfin, pardonner signifie faire preuve d’amour envers soi, et ce sans précédent.

With heart and soul,

Christine  ❤

 

Vers notre mission de vie

« Quelles sont vos qualités ? » Il est fort probable que cette question nous soit posée lors d’un entretien d’embauche. Nous sommes préparés et y répondre de manière adéquate nous pose aucun problème vu que nous l’attendions.

Nous avions le temps d’analyser ce qui nous caractérise réellement et ce qui correspondrait à ce potentiel futur poste de travail. À la suite de cela, nous délivrons une réponse.

Mais comment réagirions nous si cette question nous était posée spontanément en rue et qu’il fallait y répondre immédiatement sans aucune préparation ou analyse approfondie ? Plus d’un d’entre nous commencerait à bredouiller.

Notre cerveau carbure à pleine vitesse afin de trouver une réponse. Nous passons en revue les compliments reçus de la part de nos proches, les dernières fois que nous avons été félicités ainsi que les valeurs d’après lesquelles nous souhaitons vivre.

Par contre, pour trouver nos défauts, nous ne manquons absolument pas d’inspiration. Mais, j’ai décidé de ne pas parler de défauts aujourd’hui. Alors revenons à nos qualités.

Après plusieurs minutes à nous torturer l’esprit, nous dénichons enfin une réponse. Et comme si cela n’était pas déjà assez compliqué, notre mental intervient en analysant notre réponse.

Est-ce effectivement une qualité ou s’agit-il tout simplement d’une caractéristique que tout un chacun possède et qu’il ne vaut en conséquence pas la peine de citer ? Nous pesons le pour et le contre.

Et puis, une autre qualité remonte à la surface ainsi que notre saboteur intérieur : « T’emballe pas, tu exagères un peu là ! Tu commences à devenir de plus en plus arrogant tu sais… Redescend d’un étage. »

Entre le „Ben tout le monde possède ce genre de qualité. » et le « Arrêtes un peu de te la péter. », notre mental balance. Nous finissons par fournir une réponse plus ou moins neutre, mais qui n’est pas du tout en adéquation avec ce qui brule au plus profond de nous.

Ce que j’ai appris lors de cette dernière année de développement personnel, est que plus nous prenons conscience de nos forces et leurs permettons de remonter à la surface, plus nous attirerons des situations dans notre vie, qui nous permettront d’intégrer et affirmer exactement ces qualités.

Tu es convaincu(e) d’être quelqu’un d’empathique, sans aucun préjugé ? Tu peux être sûre que la vie te fera passer un test lorsque tu t’y attendras le moins. Tu penses être une personne toujours positive et orientée solution face à n’importe quelle difficulté ? Le prochain conflit se présentera sans hésitation devant ta porte et mettra cette affirmation à rude épreuve.

Finalement, il s’agit d’un cadeau. Car tout cela se passe effectivement pour ton plus grand bien. Ces situations te laissent apercevoir tes forces de façon plus en plus claire.

Il est essentiel d’en prendre conscience et de les affirmer. Pourquoi ? J’en parle un peu plus bas. Mais avant cela, je vous partage un petit exercice inspirant. 🙂

Lors de la recherche de tes points forts, il n’est pas nécessaire de procéder seul. Il y a peu, j’ai participé à une conférence sur le thème « Osez vivre la vie de vos rêves » et nous avons été invités à réaliser une petite enquête une fois à la maison.

En fait, il s’agissait de questionner 7 personnes de notre entourage à propos de 3 de nos qualités.

Si je peux te donner un conseil, tente l’expérience ! 😉 Tu seras surpris(e). Les réponses sont parfois tout aussi touchantes que surprenantes. Il est fascinant de constater ce que certaines personnes voient en nous avant même de pouvoir nous en apercevoir nous-mêmes.

Observe les réponses qui ont été données le plus souvent. Super ! Maintenant, au travail! 😉

Tu te demandes quel est le but de cet exercice ? Evidemment, ce feedback apaise notre âme et ouvre notre cœur. Mais avant tout, cette prise de conscience nous permettra de nous souvenir et de nous guider vers notre mission de vie.

The meaning of life is to find your gift. The purpose of life is to give it away. – Pablo Picasso

Ce qu’est ta mission de vie ? Il s’agit de quelque chose d’unique que toi seul peux offrir au monde. Quelque chose qui te fait vibrer et que tu réalises de façon totalement fluide. Quelque chose qui te permet de contribuer et de vivre en adéquation profonde avec tes valeurs.

Il n’y a pas de grande ou de petite mission de vie.

Que ce soit écouter les personnes en difficulté qui ressentent le besoin d’être guidées, t’engager auprès de ta commune, exprimer ta créativité par le chant, la danse ou l’écriture. Que ce soit témoigner ta gratitude envers la nature en prenant soin de ton potager. Que ce soit cuisiner, tricoter et ainsi faire plaisir à toi et tes proches. Il peut s’agir de tout.

Pourquoi ce serait quelque chose d’unique, te demandes tu ? Parce que tu es unique.

Toi seul peux contribuer de manière totalement unique et nouvelle à ce monde. Pourquoi es-tu venu sur cette terre ?

Il ne s’agit pas de quelque chose que tu devras rechercher. Il s’agit de quelque chose dont tu te souviendras dès que tu commenceras à te poser les bonnes questions.

With heart and soul,

Christine ❤

Entre deux mondes

Et soudain, une porte s’ouvre devant toi. Tu n’as plus de doutes. Tu la traverses et elle se referme derrière toi. A partir de cet instant, il ne t‘es plus possible de faire demi-tour.

Tu ressens au plus profond de toi que tu as pris la bonne décision. Tant d’autres choses d’attendent et tu sais maintenant que ta vie était une histoire, que tu t’es raconté pendant des années en pensant qu’elle était réelle. Tu t’es réveillé de ce rêve.

Ce rêve, tu ne le juges pas. Il n’était ni bon ni mauvais. Il t’a simplement permis d’être exactement à l’endroit où tu te trouves maintenant. Tu ressens une profonde gratitude. Le voile qui a assombri ta vue pendant toutes ces années, te permet aujourd’hui de prendre conscience de cette illusion.

Uniquement l’obscurité nous permet de découvrir la lumière. Uniquement l’illusion nous permet de vivre enfin notre vérité.

Est-ce que tu connais le film Matrix ? Si c’est le cas, tu te rappelles de ce moment crucial lorsqu’il est temps pour Néo de prendre une décision. Choisir entre la pilule bleue et la pilule rouge.

S’il décide de prendre la bleue, rien ne change pour lui. Sa vie se poursuit comme elle le faisait, parsemée de problèmes habituels et de réjouissances régulières. Il peut se détendre. Son âme rend définitivement les armes et abandonne toutes tentatives d’évolution. Un cri étouffé résonne encore une dernière fois au loin, le suppliant de se réveiller. L’illusion l’a totalement enveloppé.

Cependant, ce n’est pas la pilule bleue qu’il choisit…

Et si, la vie t’offrait tous les jours le choix. Choisir, comme Néo, entre la pilule bleue et la rouge et que soudainement un nouveau monde s’ouvrait à toi ? Et si, cette décision bouleverserait ta vie du tout au tout ? Et si, tu ressentais au plus profond de toi, qu’à partir de ce jour rien ne serait plus comme avant ?

There is a difference between knowing the path and walking the path. – The Matrix

Ce pas, de l’illusion à la vérité, de l’obscurité vers la lumière, est sans doute la chose la plus terrifiante que nous puissions entreprendre. Cette décision nous défie jour après jour, nous amène à douter et à souhaiter que notre vie soit à nouveau comme avant.

Cependant, à partir du moment où nous aurons accès à ce nouveau monde, notre âme fera entendre sa voix plus clairement que jamais. Elle sera remplie de bonté et de bienveillance. Elle nous rassurera. Elle ne nous permettra plus aucun doute. Nous saurons pertinemment que nous sommes sur le bon chemin, même si cela sera plus dur que tout ce que nous aurons vécu auparavant.

J’ai souvent l’impression d‘avoir dormi les 30 dernières années. J’étais enveloppée dans une merveilleuse illusion. Ce vide, cette peur que je ressentais, n’étaient finalement que les cris étouffés de mon âme qui me suppliait d’enfin ouvrir les yeux. « Il y a des choses tellement plus grandes qui t’attendent…“. Pour nous tous, lorsque nous prenons la décision d’entreprendre ce pas.

Ensuite, grâce à de formidables rencontres et expériences, les portes vers ces nouveaux mondes s’ouvrent à nous. Des mondes inconnus, auxquels nous étions aveugles auparavant. Nous remettons tout ce que nous pensions savoir en question. Nous ne nous satisfaisons plus de ce qui nous a été transmis par d’autres personnes. Nous aspirons à des expériences qui feront vibrer et grandir notre âme. Nous nous transformons en véritable éponge, absorbant toutes ces nouvelles connaissances.

A l’époque, c’était la douloureuse expérience d’une séparation, qui m’a permis d’ouvrir les yeux vers plus de conscience. Cependant, il n’est nullement nécessaire d’attendre un drame ou une crise de ce genre afin d’entreprendre le pas transformateur.

Il suffit de laisser notre curiosité s’éveiller. De remettre en question toutes nos croyances et ce que nous pensions savoir. Retourner une bonne fois pour toute notre monde actuel et penser hors des sentiers battus.

Le yoga, la méditation, la pleine conscience, ou alors la physique quantique, la neuroplasticité, le chamanisme, l’interprétation des rêves, les aptitudes de médiums ou la force de l’intention et de nos pensées, ne sont là que quelques pistes parmi tant d’autres.

Finalement, toi seul peut emprunter ce chemin. Et si, j’étais amenée à devoir donner un unique conseil, ce serait… Tout ne doit pas te sembler juste. Tu ne seras jamais obligé de dire oui et amen à tous ces nouveaux mondes. Remet sans cesse en question et emporte seulement ce qui te fait vibrer.

Finalement, ce qui est merveilleux, c’est de vivre toutes ses nouvelles expériences et rassembler de nouvelles connaissances plus fascinantes les unes que les autres. Tout le reste te sera révélé en temps voulu par ton cœur si tu décides véritablement de vouloir évoluer.

En étant silencieux, en écoutant à l‘intérieur de toi, en observant ce que ces nouvelles connaissances provoqueront en toi, ce nouveau monde s’ouvrira par lui-même tout doucement à toi.

Alors, que choisis tu ? La pilule bleue ou la pilule rouge ? 😉

With heart and soul,

Christine ❤

La loi de l’impermanence

Est-ce que tu as déjà eu l’occasion de sauter en parachute ? Si c’est le cas, tu sais à quel point il s’agit d’un sentiment incroyable et totalement indescriptible. L’été dernier, j’ai eu la chance de sauter pour la première fois.

J’étais complètement submergée par les émotions qui ont traversées mon corps. Grâce à toute cette adrénaline, j’aurais pu embrasser la terre entière. Si on m’avait proposé de resauter, je n’aurais pas hésité une seule seconde. Je me sentais vivante, incroyablement libre et indiciblement heureuse.

Malheureusement et sans grand étonnement, j’ai pu rapidement me rendre compte que ce sentiment ne durerait pas éternellement. En effet, aussi intenses que mes émotions avaient été le jour J, de façon aussi impitoyable elles dégringolaient le lendemain.

Je savais pertinemment ce qui s’était produit dans mon corps. Logiquement, l’adrénaline qui m’avait tant enthousiasmée, avait disparu et maintenant, j’étais assise là, certes toujours fière de moi et contente d’avoir osé le pas, mais avec une intense envie d’éprouver la même sensation que la veille, ressentant chaque cellule de mon corps.

Rien n’est plus permanent, que l’impermanence.

Dans le bouddhisme, l’impermanence est décrite comme étant une caractéristique de toutes choses. Nous en sommes conscients et comprenons ce que le bouddhisme tente de nous transmettre… mais malgré cela nous nous accrochons inlassablement aux moments, aux personnes,… qui provoquent en nous une certaine émotion.

Nous en voulons toujours plus, quand ils sont merveilleux et nous inspirent. Nous résistons et souhaitons qu’ils disparaissent, quand ils nous rendent malheureux.

Nous éprouvons du désir ou de l’aversion envers tout ce qui nous entoure et les émotions qui se déclenchent en nous. C’est finalement, la cause de notre perpétuelle souffrance en tant qu’humains.

Just observe.

Pendant une retraite silencieuse de 10 jours nommée Vipassana, j’ai eu l’opportunité d’expérimenter la loi de l’impermanence d’une façon très surprenante.

Pour mon corps, mon mental et mon âme, il s’agissait sans aucun doute des jours les plus longs, des plus éprouvants, mais aussi des plus merveilleux de ma vie.

Cette technique de méditation bouddhiste nous invite à nous rendre compte de l’impermanence de nos émotions, de nos sensations et de nos pensées, en en devenant l’observateur.

Observer leur apparition et leur disparition avec équanimité… il s’agit d’un véritable défi, surtout quand elles sont de nature plutôt négative.

Je suis vraisemblablement passée par tous les stades pendant ces 10 jours. Du doute à la confiance, de la tristesse à la joie, de l’ennuie à la motivation, de l’incompréhension à l’entendement, de la peur à l’amour et inversement.

Mon corps n’a pas hésité non plus à se faire entendre en me présentant des douleurs les plus diverses. Mais qu’est-ce que j’étais venue faire là ? A méditer 10 heures par jour pendant 10 jours… en silence ?!

Il est impossible de décrire Vipassana par de simples mots, car une telle expérience va au-delà de tous mots et toutes explications imaginables. Tout se passe à l’intérieur de nous et représente pour chacun quelque chose d’unique. Mais en tant que méditants, nous avions quand même tous quelque chose en commun. Expérimenter la loi de l’impermanence, se rendre à l’évidence, comprendre profondément, que rien de dure éternellement.

Les possibilités sont infinies, lorsque que nous décidons d’agir au lieu de réagir.

Au quotidien, il n’est pas toujours aisé de garder la distance nécessaire envers nos émotions et nos pensées. Parfois, des douleurs physiques nous font perdre notre précieux équilibre et il devient impossible d’en détourner notre focus. Toute notre énergie, toute notre attention se dirigent vers notre souffrance. Nous nous perdons et commençons à réagir au lieu d’agir de manière consciente. Nous nous laissons entrainés et n’arrivons plus à arrêter la souffrance qui nait suite à notre désir ou notre aversion.

Et si, la vie nous offrait la possibilité d’observer nos pensées et nos sensations en toute sécurité même dans la vie de tous les jours ?

Finalement, la vie est telle un lac. Si nous le souhaitons, il nous est possible de nous placer au bord de ce lac. Curieux, nous pouvons explorer quelles pensées et émotions y sont cachées et les observer de façon ludique.

Quelle couleur a cette émotion ? Est-elle plutôt grande ou petite ? Est-elle plutôt lourde ou au contraire agréablement légère ?

Ce qui se trouve dans ce lac change sans arrêt. Il n’est plus pareil qu’il y a quelques minutes. Il n’a plus la même apparence qu’il y a même une seconde, que maintenant, lors de l’instant présent.

Que se passe-t-il lorsque nous nous accrochons à ce qui se trouve dans ce lac ?

Cela nous tire de plus en plus vers le bas… et nous souffrons.

Que se passe-t-il lorsque nous le repoussons ?

Nous sommes à bout de forces… et nous souffrons à nouveau.

Dès que nous acceptons le fait, que l’unique but de ces émotions, est que nous en prenions conscience pour qu’elles puissent disparaitre, alors une paix intérieure s’installe en nous.

Ce lac est ta conscience, dans laquelle toutes pensées, toutes émotions apparaissent à la surface, pour ensuite disparaitre. Apparition et disparition, dans un cycle éternel… sans aucune intervention de ta part. Tu n’es pas ce qui se trouve dans le lac. Tu es cette eau cristalline qui entoure tout.

Tu es cet espace infini. Tu es cette conscience.

Toutes nos pensées et émotions n’ont rien de permanent. Le moment clé est celui où nous décidons de lâcher prise. Tout s’aligne et entre dans un parfait équilibre.

La prochaine fois que tu ressens une certaine envie ou aversion envers une émotion, essaie de marquer une petite pause.

Place toi au bord de ce lac et observe, tout ce qui s’y trouve. Tu constateras, que sans aucun effort, tes pensées et émotions apparaitront tranquillement, pour ensuite disparaitre paisiblement.

Et si tu constatais que ce lac valait vraiment le détour… et s’il n’attendait qu’une chose, c’est que tu commences à l’explorer ?

Love, Christine ❤

3 sagesses pour la nouvelle année

Alors, comment se sont déroulés tes premiers pas dans cette nouvelle année ? 🙂

Pour moi, ces quelques jours de congés ont représenté une belle opportunité afin de passer l’année dernière en revue, d’être reconnaissante pour tout ce que j’ai eu la possibilité de vivre et de prendre conscience de ce que je ne voulais pas emporter avec moi en 2019.

Il s’agit vraisemblablement d’un excellent moment pour lâcher prise, pour se débarrasser de ce sac à dos beaucoup trop lourd et ainsi commencer 2019 les deux mains libres.

Si je devais décrire une nouvelle année, elle serait pour moi comme un livre, rempli d’innombrables pages blanches, et qui n’attend qu’une seule chose, c’est qu’on l’écrive.

J’ai pu acquérir de merveilleuses connaissances l’année dernière et il y a des éléments déterminants, desquels je ne veux surtout pas me passer cette année.

Les trois sagesses suivantes figurent définitivement sur la première page de mon livre. Elles m’ont déjà aidée l’année dernière et je suis persuadée qu’elles feront également remuer quelque chose en toi.

1. La vie est toujours de ton côté

Nous l’avons tous déjà vécu. Des situations, durant lesquels nous nous sentons traités de façon injuste ou qui sommes pour nous dépourvues de sens. Nous ne nous sentons pas assez bien, mal aimés, pas acceptés ou non reconnus. Nous condamnons la vie, notre entourage et souhaitons que cette détresse cesse enfin.

Que ce soit un conflit avec notre partenaire, une reconnaissance insuffisante ou inexistante de la part de notre famille, des malentendus ou des jalousies entre amis, du stress au boulot ou même des conflits avec des inconnus.

Nous doutons de nous-même et de notre chemin. Nous souhaitons un signe, une main réconfortante, qui nous ramène vers notre équilibre. Mais ce que nous refusons souvent d’admettre, c’est que ce sont exactement cette situation, exactement ce conflit, qui représentent ce signe, cette main réconfortante tant espérés.

La vie nous demande de faire face, d’y regarder de plus près et de décider qui nous voulons réellement être. Nous avons toujours le choix. Entre la confiance et le doute. Entre l’amour et la peur.

Avec le recul, il est aisé de reconnaitre pourquoi une telle situation s’est produite ou pourquoi une certaine personne est entrée dans notre vie. Cependant, il n’est pas nécessaire d’attendre que l’évènement ait eu lieu pour être convaincu que cela se soit déroulé de la meilleure manière possible. Nous savons commencer dès aujourd’hui. Nous pouvons décider de lâcher prise et avoir confiance en notre avenir, en notre chemin de vie.

2. Si tu espères trouver ton bonheur à l’extérieur, tu seras éternellement à la recherche

Des doutes surgissent lorsque nous n’obtenons pas l’attention ou la reconnaissance espérées. Nous souhaitons des paroles attentionnées et réconfortantes de la part de notre famille ou de nos amis, comme : „Je suis vraiment fière de toi. Quelle belle idée ! Tu as suivi ton cœur, c’est formidable ! “.

Nous espérons de l’intérêt quant à nos projets et nos visions. Nous souhaitons des questions telles que : „D’où t’es venue cette idée ? Quelles sont tes aspirations ? Que veux tu changer?“.

Surtout quand il s’agit de personnes proches, chères à nos yeux, cela peut faire mal quand peu voir aucun intérêt ne se manifeste. Il m’a fallu longtemps pour comprendre, que ces personnes agissent de la seule manière possible pour elles. Elles ne savent tout simplement pas comment réagir autrement et nous témoignent ce qui est réalisable pour elles.

J’ai pu apprendre que cela n’avait rien avoir avec un manque d’amour envers nous, mais que cela reflétait uniquement leurs propres croyances, leurs propres peurs.

Ces circonstances m’ont permises de me poser quelques questions. Est-ce que les interrogations suivantes t’ont déjà traversées l’esprit?

Que se passe-t-il lorsque nous recevons un compliment ou de la reconnaissance venant de l’extérieur ? Où ce sentiment survient-il ? Qui le fait apparaitre ? La personne en face de nous ou nous-même ? Lorsqu’une personne nous dit „Je t’aime. “, que ce passe-t-il et où cela survient-il ?

Exactement… ce sentiment survient dans notre corps. Le sentiment nait toujours en nous. Nous en sommes le créateur. Nous sommes les seuls à faire naitre ces sentiments d’amour, de reconnaissance, de sécurité et de chaleur en nous.

Comment une chose venant de l’extérieur peut avoir tant d’influence sur ce qui se passe à l’intérieur de nous ? Et si cela est le cas, n’est-il pas immagineable que nous pouvons faire émerger ce sentiment à travers nous, étant donné que nous sommes la source de tout cela ?

L’amour nait seulement à travers et en nous.

3. Nous récoltons toujours ce que nous émettons

As-tu déjà essayé de sourire à un parfait inconnu dans la rue ? On m’a offert tellement de sourires l’année dernière, certainement bien plus que durant ma vie entière. D’une part, parce qu’auparavant, je n’osais pas regarder les inconnus dans les yeux et d’autre part parce que la confiance en moi était plutôt jouée que réellement affirmée. Mon entourage ressentait évidemment cette insécurité.

Ce que décris ici dépasse la parole et de simples gestes. Il s’agit de notre attitude intérieure, de l’énergie que nous émettons, qui sont prédominantes. Nous pouvons souhaiter de toutes nos forces que quelque chose se produise dans notre vie, que ce soit plus de reconnaissance dans notre boulot, vivre une relation amoureuse passionnante, du respect de la part de notre entourage et ainsi de suite. Cependant, si nous sommes hantés par des croyances négatives, telles que : „Je ne suis pas assez bien. Ce que j’ai à dire n’est pas intéressant. Je n’y arriverai jamais. Je n’en vaux pas la peine.“ etc., nous pourrons prier éternellement, mais nous attirerons toujours les mêmes expériences dans notre vie.

Des phrases telles que : „Je veux… plus d’argent, être aimé, plus de reconnaissance, plus de respect etc. produisent dans l’univers exactement ce que nous demandons, c’est à dire la manifestation de ce manque.

La gratitude est la clé.

Lorsque nous éprouvons de la gratitude pour ce que nous avons vécu dans le passé, pour tout ce que nous vivons à présent et tout ce que nous entreprendrons dans le futur, alors quelque chose de magique se produit. J’en ai fais l’expérience moi-même et ma vie a changé du tout au tout.

Le taux vibratoire de notre énergie change. Nous n’émettons plus de manque, mais de l’abondance. Nous n’émettons plus de la peur mais de l’amour. Nous n’émettons plus de doutes, mais de la confiance. Et vu que l’univers nous donne toujours ce que nous émettons, il ne faudra pas longtemps pour que l’abondance, l’amour et la confiance se manifestent dans notre vie.

En nous rappelant régulièrement de telles sagesses, nous pouvons nous détendre et observer paisiblement cette nouvelle année qui s’offre à nous et ce livre qui n’attend qu’une seule chose, c’est que nous commençons enfin à l’écrire.

Alors, quelles sont les sagesses qui figureront sur la première page de ton livre? 🙂

Love, Christine ❤